philo,  psycho

7 éléments incontournables de la boussole psycho-philo

Partager l'article

Les 7 éléments incontournables de la boussole psycho-philo: 7 secrets pour VIVRE sa vie

On commence par le 8e élément en bonus!
Il n’y a qu’un seul endroit où vous puissiez être : ICI et MAINTENANT

Oui, ça va mieux en le disant! Vous ne retournez dans le passé que grâce à votre cerveau et votre mémoire. Ce n’est pas toujours inutile, loin de là, mais vous n’existez que dans l’instant suspendu entre vos 2 respirations du moment. Le futur arrivera, peut-être. Peut-être sans vous. Le futur terrestre est pour les corps physiques. Tous les corps physiques, végétaux et animaux, ont une fin terrestre. Le futur se jouera donc un jour sans vous. Anticipez, oui bien sûr un peu pour le coté matériel des choses, mais ne gaspillez pas votre présent pour des choses qui n’arriveront pas, ou pas comme vous le souhaitiez.

Votre cœur ne bat que dans l’instant présent.

 

1. Dites OUI à la vie

Imaginez un chien en laisse derrière son maître qui fait du vélo. (Ne faites pas l’expérience avec votre chien ;)). Le chien a deux choix: soit il trotte sagement derrière le vélo et la promenade se passe bien, soit il tire sur le collier pour résister et il va se faire mal.

Le flux de la vie c’est le vélo, le chien c’est vous. Si l’on ne croit pas à un destin particulier, à la réincarnation, il faut bien admettre que vous n’avez pas choisi le lieu, la date, l’environnement dans lequel vous êtes venu au monde. Tous les événements de votre vie, les “promenades”, ne seront bien sûr pas tous heureux, mais nous devons les suivre sans forcer, sinon nous nous faisons souffrir nous-mêmes. Si en plus vous pensez que votre âme n’est pas venue au monde par hasard à l’endroit où vous vous trouvez, raison de plus pour accepter le parcours qui vous est proposé.

Dites oui à ce qui vous arrive, cela vous permet de mieux y répondre et d’en tirer le meilleur, de ne pas finir aigri!

 

2. Soyez conscient

Vous respirez sans vous en rendre compte, c’est bien pratique. Prenez en conscience: toutes les heures s’il le faut, mettez votre alarme de portable (ça vous fera une bonne excuse pour le regarder), fermer les yeux, et sentez l’air qui entre et qui sort de vos poumons. Juste un instant, vous êtes encore vivant, vous le sentez. Entrainez-vous à prendre conscience de pleins de petits instants (le bisou de votre partenaire, de votre enfant, le câlin du chat, l’air frais sur votre visage, la nourriture dans votre bouche, le volant sous vos mains, l’eau de la douche quand elle tape sur votre peau). Dans votre tête, décrivez en détail ce que vous envoie vos 5 sens. Plus vous pratiquerez plus vous trouverez de détails, chaque instant de votre vie deviendra plus riche en expérience.

Faîtes le jeu à plusieurs: asseyez-vous (peut importe où vous êtes et dans quelle position, amusez-vous à varier les endroits, au clair de lune, en terrasse de café, dans votre salon, au boulot!), et décrivez à voix haute ce que vous voyez, ce que vous entendez, ce que vous sentez et ce que vous touchez (votre siège , la terre sous vos pieds, l’herbe qui chatouille).

 

3. Appréciez le voyage

On n’a qu’une vie, qu’une grande promenade. Si vous croyez à la réincarnation, vous en avez eu plusieurs, vous en aurez d’autres, mais vous ne les avez pas en mémoire. Elles sont inaccessibles dans notre réalité.

Malgré toutes les embuches, les trous, les fossés, les accidents sur votre promenade vous n’aurez que celle-là. Appréciez tout ce qui peut l’être au long du parcours.

 

4. Aimez

L’amour c’est la seule chose qui restera à la fin de votre promenade, l’amour que vous avez donné et celui que vous avez reçu.

Les biens matériels vous facilitent la vie physique, mais ils ne comptent pas dans la somme de bonheur à l’arrivée. On décèle plus souvent des émotions positives (joie, sagesse, paix) sur les photos de personnes dans des pays “dit défavorisés”, en tout cas défavorisés matériellement parlant si ‘on compare aux sociétés de consommation occidentales, que sur les photos qu’on prend de nos sociétés.

Il existe pleins de forme d’amour, pour votre partenaire, vos enfants, vos autres proches, pour l’humanité en général, pour la nature. Aimez un petit peu plus chaque jour, nous ne sommes là que pour donner notre meilleur et nous améliorer.

 

5. Agissez

Suivre le vélo et apprécier la promenade ne veut pas dire le faire bêtement. Lâcher-prise ne veut pas laisser-aller. Nous ne pouvons pas décider des conditions de départ ni des difficultés du voyage, mais la seule chose qui dépende de nous c’est notre attitude et notre action face à cet environnement. Nous sommes responsable d’agir pour essayer d’orienter dans le bon sens notre voyage.

Vous regretterez quelque chose que vous n’avez pas fait, beaucoup plus que quelque chose que vous avez raté.

 

6. Souvenez-vous de l’impermanence des choses

Regardez une rivière couler: il y a toujours de l’eau qui passe, mais ce n’est jamais la même petite molécule H2O qui passe sous nos yeux. Imaginez dans votre corps le nombre de cellules qui sont mortes depuis votre naissance. Elles ont été heureusement remplacées, mais même votre corps n’est plus le même qu’au départ.

Ce qui est ne serra plus jamais, plus jamais exactement pareil.

Chaque moment, chaque instant, chaque respiration, est UNIQUE!

L’impermanence c’est la non-permanence des choses, des êtres, des paysages. Ce n’est pas modifiable, même si notre nature humaine nous pousse souvent à désirer la stabilité. La vie c’est de l’énergie, l’énergie est circulation, flux, mouvement. La stabilité c’est la mort. Avoir en tête l’impermanence des choses doit vous poussez à profitez au mieux de chaque moment, qui ne se représentera jamais plus, jamais plus pareil.

 

7. Ressentez et exprimez votre gratitude

Même pendant des événements difficiles, il y a toujours quelqu’un à remercier. Tous les jours nous avons de nombreuses occasions de remercier. Ce n’est pas facile, on n’est pas formé à éprouver de la gratitude. La méditation peut vous y aider. Des pratiques d’écriture semblent efficaces aussi: écrire sur un journal de bord tous les soirs des remerciements, pour des gens, des choses, faire des listes de gratitudes peut-être plus ponctuelles pour des événements particuliers. Ou une lettre de remerciement pour une personne spécifique qui a influencé votre vie, même si vous n’osez jamais l’envoyer.

Il est plus facile de se rendre compte de l’ampleur des gratitudes que nous pourrions avoir si l’on réfléchi à l’origine des objets et relations de notre quotidien: merci à la petite Indienne qui a cousu le tee-shirt bon marché que je porte, à l’agriculteur qui a produit le blé de mon pain du petit-dèj, aux Chinois qui ont assemblé l’ordinateur qui me permet de vous adressez ce message, à l’artisan qui vient de changer ma vitre, à mon voisin qui a tondu toute la pelouse de l’immeuble, à l’instituteur qui prépare la classe pour nos enfants… La liste est interminable. On ne peut pas penser à tout le monde, mais déjà, tous les jours, ayez une pensée et un sourire pour quelques’un d’entre eux.

SUIVEZ LA BOUSSOLE, VIVEZ VOTRE VIE!

Suivez Epictète dans son petit manuel de philo de poche, ou découvrez comment faire naviguer votre âme.

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou visiter ma page Facebook.


Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.