philo,  psycho

Les 3 livres qui ont fait basculer ma vie

Partager l'article

Commençons directement sur du concret!
Je vous livre aujourd’hui un peu de moi-même en vous présentant 3 livres qui ont eu un impact majeur dans ma vie, que je regrette de n’avoir pas lu plus tôt. Je vous les fais découvrir, pour qu’à votre tour votre vie en soit illuminée!
Cet article du jour est particulier. Il participe à l’évènement “Les 3 livres qui ont changé votre vie” du blog Des Livres pour changer de vie. Ce blog est une mine d’informations motivantes et passionnantes que j’apprécie beaucoup. Cliquez ici pour découvrir mon article préféré https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/cessez-detre-gentil-soyez-vrai/.

Il m’a été difficile de choisir “seulement” 3 livres, mais voici donc mon fleuron personnel:

1. Petit traité de vie intérieure (Frédéric Lenoir)

Découpé en chapitres précis et écrit de manière très facile à lire, ce livre est à mon avis un incontournable. Il permet de prendre conscience des différentes facettes de notre vie intérieure/spirituelle, de l’importance d’en prendre soin et de la cultiver. Il me semble que dans mon propre cas, ce livre a pallié à un manque d’éducation dans ce domaine. Lorsqu’on n’a eu aucune éducation “religieuse”, on peut en effet passer à coté de certaines de ces notions. Et peut-être serait-il bon de le lire même si on a eu une éducation religieuse, car les thèmes développés sont communs à l’humanité entière.

Ce  livre développe les principaux thèmes suivants: “dire oui à la vie”, “confiance et lâcher-prise”, “responsable de sa vie”, “connais-toi toi-même”, “amour de soi et guérison intérieure” et “l’adversité est un maître spirituel”. Il met l’accent sur ce dont nous devons prendre conscience pour prendre du recul sur la vie. Cela ne signifie pas s’en détacher, mais au contraire pouvoir en jouir plus pleinement!

Grâce à ce livre j’ai pu surmonter de grosses difficultés de ma vie personnelle. J’ai pu voir la vie sous différentes facettes. Et en découvrant “ma vie intérieure”, j’ai enrichi ma vie (tout court). J’ai aussi pu travailler sur mes blessures et pardonner. Je vous livre la 1ère citation du prologue pour vous mettre l’eau à la bouche: exister est un fait, vivre est un art.

2. La puissance de la joie (Frédéric Lenoir)

Une émotion forte!

L’auteur a d’abord écrit un petit « Traité du bonheur » tout à fait passionnant. Mais cette injonction au bonheur qui se multiplie partout autour de nous peut être culpabilisante. On devrait absolument être heureux, mais cette idée du bonheur n’est pas forcément très concrète. Frédéric Lenoir nous présente donc quelque chose de plus « palpable », de plus courant, de plus facile à reconnaître en nous et à partager : il s’agit de l’émotion de la joie !

Nous sommes tous capable de ressentir, plus ou moins fort en fonction de la place que nous voulons bien leur laisser, des émotions. Les émotions sont le produit de notre cerveau reptilien (c’est à dire la partie la plus ancienne de notre cerveau en termes d’évolution). Elles sont destinées à influencer notre comportement « primaire », et à assurer notre survie dans un environnement qui a pu être difficile. La peur par exemple, est une émotion forte et soudaine qui déclenche une réaction de fuite devant le danger. Pour sauver votre vie devant le lion affamé, vous ne devez pas vous demander consciemment s’il faut courir. L’émotion  va immédiatement déclencher la fuite, et les quelques instants gagnés vont peut-être vous sauver la vie.

Nous ne pouvons pas nous garantir que nous allons, peut-être un jour, « être heureux ». Mais nous pouvons TOUS ressentir de la joie. Nous en avons probablement tous fait l’expérience : la tenue d’un bébé dans ses bras, une balade dans la nature, une soirée avec des amis, une réussite (sportive, professionnelle…).

L’expérience d’une émotion est définie dans le temps. Nous ne pouvons pas être « joyeux  en continu ». Par contre, nous pouvons cultiver ces moments qui nous apportent de la joie au quotidien. Et peut-être que notre bonheur viendra de cette accumulation de joie !

La développer dans notre vie:

Personnellement, j’ai appris à me focaliser sur le côté positif d’une situation, en relativisant les aspects négatifs. Il ne s’agit pas de dire que tout devient « beau et gentil ». Prenons un exemple concret que toutes les mamans comprendront : vous préparez un pique-nique avec votre famille. Vous vous faites une joie de ce moment par anticipation, vous essayez que tout soit parfait. Résultat : les enfants n’apprécient pas le menu. Vous allez être déçue, votre journée peut en être gâchée. Mais la joie peut quand même être au rendez-vous si vous relativisez : vous avez eu la chance de passer un moment en famille, personne ne s’est laissé mourir de faim malgré tout, il a peut-être fait un temps magnifique, vous avez vu les sourires des enfants. Et c’est bien ça le plus important. Ne prenez pas pour/contre vous quelque chose qui ne va pas comme vous l’aviez prévu. Vivez le meilleur de l’instant, avec ses imperfections.

Faites-en l’expérience concrète : listez tous les petites/grandes choses qui vous procurent de la joie, et essayez de multiplier ces petits moments. S’il le faut, planifier-les au début dans votre agenda, mais ne culpabilisez pas si l’émotion n’est pas au rendez-vous, ou pas aussi forte que vous l’espériez. Le fait d’avoir imaginé, anticipé, préparé ces instants, vous permettront peut-être de mieux les apprécier. Et les résultats deviendront plus forts au fur et à mesure que vous « pratiquerez » !

La lecture de ce livre nous donne de la joie, et l’envie d’en trouver/donner/partager au quotidien!

3. Le guide du yogi vers la joie (“Inner enginnering – a yogi’s guide to joy”, Sadghguru, non traduit mais un New York Times best-seller)

La sagesse du yoga à chaque instant

Les cultures orientales et asiatiques sont de grandes sources de sagesses. Sadghuru, “sage” indien, nous livre ici une pensée sur la vie, ses buts, et le yoga comme manière de vivre. L’idée principale de cet enseignement qui m’a le plus aidé, mais qui risque de vous choquer un peu, est que nous n’avons pas de prédestination dans la vie. A chaque moment nous avons l’entière responsabilité de nos actions/attitudes, et nous pouvons ainsi tirer le meilleur de la vie. Nous sommes responsables de notre vie.

Sadhguru décompose le mot “responsabilité” : responsabilité = réponse + habileté, c’est à dire mon habilité/capacité à donner à chaque instant la meilleure réponse en fonction de mon environnement et du contexte autour de moi.

Ne pas s’enfermer soi-même

Moi qui ne me suis jamais senti de vocation particulière, il m’a semblé tout de suite comprendre que là était LA véritable raison de vivre, la façon dont notre libre-arbitre prenait toute son importance. En effet, malgré le temps passé à essayer différentes méthodes de développement personnel qui devaient me mener à MA raison de vivre, ma raison de ma présence sur terre, je ne l’avais pas encore trouvé. J’aurais pu m’en inventer une. J’aurais pu me choisir une raison particulière d’être sur terre, mais Sadhguru explique que c’est s’enfermer soi-même dans un rôle. J’ai “choisi” le rôle de musicien, ou professeur, soignant ou mère…. Ce rôle peut être certes très utile ou agréable, mais il reste un cadre, ou une cage, dans laquelle on s’enferme soi-même. Ne choisissez donc pas de vous enfermer tout seul dans un rôle, sachez bien que vous pouvez en avoir plusieurs en même temps. Ils vont aussi évoluer au fil de votre vie.

Se connaître pour mieux vivre

L’autre idée phare de ce livre est “l’ingénierie intérieure”, où l’art de bien maîtriser sa mécanique intérieure. Nous sommes dotés d’un cerveau, qui est un organe très puissant. Mais si nous ne connaissons pas assez bien son mode de fonctionnement, nous sommes comme des pilotes de Formule1 ne sachant pas conduire. Avoir entre les mains une mécanique puissante sans la maîtriser serait notre 1ère source de problèmes. Même si nous ne nous en rendons pas compte.

Car notre cerveau a, heureusement, une grosse part de son activité qui est inconsciente. Avouez que c’est pratique de ne pas avoir à réfléchir pour respirer par exemple. Sauf que cette activité en sourdine génère aussi énormément de pensées parasites et d’émotions. Ce fonctionnement s’explique par l’évolution de cet organe et de ses fonctions au fil du temps.

Avoir conscience du fonctionnement de son cerveau permet d’être beaucoup plus zen. On ne réagit plus brutalement aux parasites, on trouve une forme de paix intérieure. On est ainsi capable de prendre de meilleures décisions dans notre vie. La pratique du yoga ou de la méditation (ou le cumul!) permet de stabiliser, entretenir et développer cet état de paix.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à me suivre sur mon blog de “la boussole psycho philo”!


Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.